frendeites
×

Erreur

[SIGPLUS_EXCEPTION_SOURCE] La source d'image est censée être une URL complète ou un chemin d'accès relatif au dossier de base d'images spécifié dans le back-end, mais /stories/0206juifs4 n'est ni une URL ni un chemin relatif à un fichier ou dossier existant.

Alphonse Levy - L'artiste

Issu d'une famille de riches négociants juifs, qui quitte Marmoutier pour Strasbourg en 1848, Alphonse Levy part pour la capitale  en 1860. 

Le démon de Paris le hante et Alphonse Lévy sait qu’il ne sera pas commerçant comme ses parents, mais artiste-peintre, comme Rembrandt, auquel il voue une admiration immense. Il fréquente alors l'atelier de Jean-Léon  Gérôme, peintre très réputé à l’époque, qui lui enseigne l’art du dessin. En 1865, à peine cinq ans après avoir quitté l’Alsace, ses premiers dessins sont publiés dans La Lune, puis dans d’autres journaux satyriques, La Rue, L'Eclipse, Le monde comique, Le Bouffon...

Il entreprend ensuite sous le pseudonyme de Saïd une carrière de caricaturiste, brocardant  les mœurs et la politique. Ses dessins sont typiques de la mentalité des Juifs alsaciens : vénération pour la France républicaine et haine de l'Allemagne.

En 1876, il illustre La Passion d'Oberammergau dans le livre de reportage sur l’Allemagne de Victor Tissot, Voyage au Pays des milliards. Cette Passion du Christ était, à l'époque, considérée comme l’une des manifestations les plus éloquentes de l’antisémitisme chrétien.

A partir de 1880, il fait un retour  à ses sources juives et illustre La vie juive (1886) de Léon Cahun, originaire d’Alsace, et les Contes juifs de Sacher Masoch (1888). En 1903, il publie sous le titre de Scènes familiales juives un recueil de 120 lithographies, qui présentent avec un mélange d'ironie et de tendresse, la vie quotidienne des juifs ruraux d'Alsace. Sa notoriété grandissant au fil de ses nombreuses expositions, le Musée du Luxembourg à Paris expose ses principales lithographies et il reçoit une mention lors de l’Exposition Universelle de 1900.

En 1904, il séjourne chez  des  parents en Afrique du Nord,  où il dessine le quotidien des juifs nord-africains.

Boudé par ses coreligionnaires, qui lui reprochaient de montrer la réalité humble et naïve de leurs ancêtres, Alphonse Lévy reste le témoin unique du judaïsme rural alsacien aujourd'hui disparu.

Ci-dessous quelques-unes de ses oeuvres - CLIQUER sur les photos pour les agrandir

{gallery}/stories/0206juifs4{/gallery}