frendeites

Musée de Marmoutier

Dans l'écrin remarquable d'une demeure patricienne datée de 1590, les collections du musée présentent les témoins de la vie rurale et du judaïsme en Alsace aux XVIIIe et XIXe siècles.

Un écrin renaissance

Le musée occupe les 3 niveaux d'une magnifique maison alsacienne de style renaissance, aux colombages richement décorés.

 
 
 

La communauté juive

Déjà mentionnée vers 1280 sa présence est attestée  en 1338. Au musée de nombreux objets en sont les témoins vivants.

 

L'artisanat d'autrefois

Les artisans ont toujours été actifs près de l'abbaye de Marmoutier. Les collections du musée sont révélatrices de leurs immenses savoir-faire.

 
 
 

EXPOSITION TEMPORAIRE : du 5 mai au 2 octobre 2019

L PEINTURE SOUS VERRE EN ALSACE

De la virtuosité des peintures dites « savantes » à la fraîcheur colorée des images plus populaires, la peinture sous verre a donné naissance à une diversité de formes et de sujets, démontrant ainsi toutes les possibilités de cette incroyable technique. L’Alsace étant très familière de ces images sous verre, le musée de Marmoutier y consacre cette année une exposition temporaire.


CONFÉRENCE : dimanche 7  juillet 2019 à 15 heures

  salle de conférences du musée

LEO SCHNUG, ENTRE MYTHES ET REALITES

Intervenant : M. Philippe Wendling, journaliste et auteur

De la Maison Kammerzell au Haut-Koenigsbourg. Héraut d’un passé fantasmé, le peintre Leo Schnug a créé un univers unique mêlant réalités historiques, références légendaires et gages d’une imagination débordante. Difficile de ne pas être aspiré dans son monde habité par des lansquenets, des chevaliers et des grognards. Impossible de rester insensible à son parcours personnel. Né en 1878 dans une Alsace annexée à l’Empire prussien, Leo Schnug subit de plein fouet l’internement définitif de son père alors qu’il n’a que deux ans puis, quelques mois plus tard, le décès de sa sœur. Il demeure dès lors seul avec une mère aimante, trop sans doute puisqu’elle ira jusqu’à empêcher sa relation avec le grand amour de sa vie. Autres ombres à son tableau : la maladie et l’alcool qui l’emporteront après douze années en asile psychiatrique. Si l’image d’un peintre fou colle toujours au nom de Schnug, son génie pictural en fait surtout l’un des plus grands artistes du début du XIXe siècle.

Journaliste et auteur d’une vingtaine d’ouvrages, dont une monographie de Leo Schnug aux éditions Sutton, Philippe Wendling est titulaire d’un diplôme d’études approfondies d’arts, histoire et civilisations de l’Europe